Samedi 4 février et dimanche 4: Fin de semaine au lac Brown

publié le 3 déc. 2008 à 16:57 par Admin Admin

C'est la traditionelle fin de semaine du groupe Défi. Cette année, nous allons au chalet du lac Brown, dans le parc de la Gatineau. Nous partons du Stationnement P 19, au lac Philippe.

Pour cette sortie spéciale, Josée Portugais, la mère de François, se joint à nous. Autres invités spéciaux, Josiane et Vincent, des anciens du programme Défi.

Tout le monde y est à 10h, mais catastrophe Chantal (une des animatrices) se rend compte que ses bottes ne sont pas du bon type pour les skis qu'elle a amenés (NNN vs SNN). Pour cette sortie, Qu'à cela ne tienne, elle appelle son petit mari qui prend la route avec les bons skis. Mais en attendant, notre groupe prend le départ et Chantal et Mark nous rejoindrons plus tard.

Vincent prend la tête et force un peu l'allure. Alain doit lui dire de ralentir parce que nous avons une longue journée devant nous. Lorsque nous tournons sur la 55, Alain prend la tête car c'est un sentier que nous n'avons jamais fait, et nous ne savons pas à quoi nous attendre. Là, les jeunes réalisent qu'il faut faire ce que les animateurs disent et non pas ce qu'ils font. En effet, Alain force un peu trop l'allure et se retrouve seul loin en tête.

Claude rappelle à tout le monde de ne pas faire trop de bruit car on voit souvent des chevreuils dans le secteur du lac Taylor. Il nous dit même qu'il a appelé la CCN pour qu'ils s'assurent d'en mettre un ou deux sur notre chemin. Faut croire que quelqu'un dormait sur la switch à la CCN car nous n'en avons vu aucun.

Quelques kilomètres avant le lac Taylor, la piste devient plus étroite et escarpée. Nous faisons une courte descente avec virage en épingle (yahooo!), puis c'est une longue montée à pic. Tout le monde a l'eau à la bouche en pensant à la descente superbe qu'il doit y avoir de l'autre côté. Mais une fois en haut de la côte, on se rend compte qu'on s'est fait avoir! Nous sommes déjà rendus au lac Taylor, et aucune descente en vue! Vous en faites pas les jeunes, il y en aura des salées cet après-midi!

Arrivé au bout du lac Taylor, nous nous apercevons qu'il y a pas mal de monde dans le coin, et que tous vont sans doute aller dîner au refuge Renaud. Claude recrute 4-5 des plus fringants et leur enjoint de sprinter jusqu'au refuge pour réserver des places pour tout le monde. C'est Charles-Éric qui prend la tête et qui arrivera tout essouflé au refuge... vide! Mais ça n'a pas été peine perdue car en dedans de 5 minutes, il s'est rempli de monde, mais grâce à ce sprint spectaculaire, nous avons pu avoir des places.

Au dîner, on découvre que Marie-Audrey a des ampoules sur les deux talons. Qu'à cela ne tienne, un peu de ruban caoutchouté sur les plaies et le tour est joué. Malgré ce handicap, M-A complètera les 12km qui restent avec courage et sans jamais se plaindre!

Après dîner, nous continuons vers le lac Brown. C'est Flavie qui prend la tête à toute allure (on se demande bien ce qu'elle a mangé à midi). Charles-Éric lui semble avoir un peu moins d'ardeur après son sprint de ce matin ;-). Nous continuons ainsi jusqu'à l'intersection avec la 52. Nous montons encore un bout, puis c'est enfin la fameuse descente « salée » promise par les animateurs. YAHOO !!! Alain commence par faire une démonstration de comment tomber en criant ATTENTION pour prévenir ceux qui suivent (c'était prévue cette chute là, je vous le jure), et il sera imité par plusieurs autres jeunes par la suite.

Arrivés au refugre Brown, nous avons 30 minutes pour relaxer, avant de devoir faire un autre km pour aller chercher la bouffe et les baggages apportés au stationnement par Simone, notre cuisinière et femme-taxi (un gros merci à Simone). Chacun se met un lourd sac à dos sur les épaules, et après avoir écouté les dernière recommendations de Simone pour la bouffe (t'en fais pas Simone, nous allons suivre tes instructions écrites à la lettre), nous redescendons vers le chalet avec notre lourd fardeau. Certains jeunes qui ont de gros examens la semaine prochaine nous quittent malheureusement pour aller étudier le dimanche (on pensera à vous ce soir et demain).

En tout, nous aurons fait 18km dans notre journée.

De retour au chalet, les préparatifs de souper vont bon train. Émilie, la benjamine du groupe, donne un sérieux coup de main aux animateurs (Émilie, si tu t'inscris encore l'année prochaine, on te fait un prix spécial OK?). La bouffe est vraiment excellente: poulet indien avec riz basmati, haricots verts rissolés dans le gras de canard, le tout couronné du gâteau au chocolat décadent de Josée (un morceau de chocolat par mm carré). Miam! Miam! Avis aux intéressés, Simone a déjà dit qu'elle s'occupe de la bouffe pour l'an prochain. Ça sera sûrement un bon argument de vente pour le programme!

Après souper, nous jouerons plusieurs parties de Loup Garou durant lesquelles les « roux » (Gaby et Vincent) seront plus souvent qu'à leur accusés à tort. Puis c'est le tournoi de Trou de Cul oû Jérôme s'illustrera en passant de T de C à Vice-président en un seul coup, pour finalement rester Président pas mal tout le reste de la soirée.

À 10h30, dodo! Personne ne s'astine.

Lendemain matin, c'est un déjeuner fantastique façon Simone (crêpes avec baies sauvages et sirop d'érable, patates rissolées dans le gras de canard etc...). Après déjeuner, d'autres jeunes nous quittent pour aller étudier (snif!). Il ne reste qu'un petit groupe de 5 jeunes qui commence la matinée avec un cours de télémark. Éloi fait suer tout le monde (y compris l'animateur) en maîtrisant cette difficile technique du premier coup! Mais Josiane, Gaby et Jérôme ne sont pas des deux de pique non plus.

Puis, nous allons faire une randonnée hors-piste pour essayer de retrouver le lac sans nom que nous avions baptisé « lac Défi » en 2005. Mais les conditions de neige ne sont pas très bonnes, et la progression est difficile. Finalement, nous faisons demi-tour après 30 minutes.

Nous retournons dans la côte faire du télémark, et nous concluons le tout avec une descente en tobbogan (une idée géniale de Vincent).

Retour au chalet pour le dîner, puis nous remontons au stationnement avec tout notre baggage sur le dos.

Bref, une fin de semaine bien remplie et bien amusante.

Comments