Fin de semaine du 20-21 février: La Grande Traversée

publié le 3 déc. 2008 à 17:53 par Admin Admin

Fin de semaine de ski au Camp Gatineau.

Nous partons du Lac Philippe à 9:30 le samedi matin, et notre destination est le ?CampGatineau. C'est une randonnée de 17km, dont 8km seront sur des sentiers non-damés. Pour l'occasion, Élyse Brown, animatrice Défi de l'an passé, s'est jointe à nous ainsi que Édith (coordonatrice Jacrabbit) et Jean-Claude Houde (un parent).

Encore une fois, le gars des vues a bien fait son travail puisque nous avons plusieurs cm de neige fraîche pour rendre la portion hors-piste plus "intéressante". Les animateur(rice)s se disent que ça va être difficile de garder tout ce beau monde au sec pendant toute la journée (en moins de 5 minutes, on a déjà une bataille de boules de neige sur les bras, et deux jeunes sont sur le point de se transformer en bonhommes de neige).

Avant le départ, chaque jeune reçoit une collation mystère qu'il ou elle devra sortir au moment opportun. Au cours de la journée, nous aurons donc le plaisir de déguster: des raisins congelés, du nougat, chocolat noir, smarties etc...(rien de tel qu'une bonne cochonnerie pour remonter le moral).

La section du lac Philippe au lac Taylor se déroule sur des pistes fraîchement tracées, mais à partir du lac Taylor, nous devons ouvrir nos propres pistes. Les animateurs décrouvrent soudain que la neige fraîche est leur alliée. En effet, les plus rapides prennent la tête et ont tôt fait d'évacuer leur trop plein d'énergie, ce qui permet au groupe de rester plus compact.

Quelques minutes passé le lac Taylor, nous apercevons deux chevreuils sur le bord de la piste. Plus tard, nous nous arrêtons près du lac à la Vase pour dîner. Après dîner, Alain demande s'il y a des braves qui sont près à monter au belvédère avec lui, mais il ne trouve pas preneur (on voit bien que c'est pas lui qui a ouvert la piste).

Après quelques montées et descentes vertigineuses, nous arrivons au refuge Richard. Les adultes sont accueili(e)s par une volée de boules de neiges, gracieuseté des tannant(e)s d'en avant qui s'étaient embusqués. CHARGEZ! Les adultes se laissent prendre au jeu et oublient tout soucis de garder leur monde au sec (il ne reste qu'une heure de ski avant le camp Gatineau). Presque tous les adultes mordent rapidement la poussière, mais Jean-Claude est un coriace et il faudra que tout le monde s'y mette pour lui faire prendre finalement un bain de neige.

Un visiteur inattendu À L'ATTAQUE!

Un peu plus loin, nous arrivons au fameux pit de sable (pit de neige serait plus approprié). Les jeunes s'amusent à le débouler et se tranforment progressivement en abominables hommes et femmes des neiges. Alain y va aussi d'une démonstration de télémark sous le regard attentif de tous les jeunes qui espèrent assister à une chute spectaculaire (le tout sera plutôt anti-climactique... il a seulement le temps de faire 2 virages et il ne se pète même pas la fiole).

Passé le pit de sable, la piste disparaît soudain sans crier gare. Après une dizaine de minutes à chercher, on finit par croiser le chemin de terre qui mène au CampGatineau. Par prudence (faut dire aussi que tout le monde comence à être pas mal fatigué), on décide de la suivre plutôt que de continuer à chercher la piste de ski.

Quinze minutes plus tard, nous voilà au CampGatineau, fourbus, mais tous fiers de notre accomplissement. Élyse et Jean-Claude nous quittent maintenant que nous sommes en lieu sur.

Une bonne pizza et un gros spag cochon (merci Lucie) plus tard, tout le monde est sur pied. Nous allons dehors pour une bataille de boules de neige, une partie de soccer et des histoires épeurantes (pas vraiment) contées autour du feu par les animateurs et animatrices du Camp Gatineau.

De retour à l'intérieur, nous jouons une partie de "Randonnée", un jeu de société sur le ski de fond inventé par les animateurs. À 21h, dodo! C'est drôle, personne ne s'obstine à vouloir rester debout plus longtemps.

Le pit de sable Légendes sur la montagne

Le lendemain, une gentille animatrice du CampGatineau nous emmène faire une balade en raquette. Les jeunes, malgré leur gros travail de la veille gravissent la montagne sans problème, et rendus au sommet, ils ont droit à une autre légende intriguantes du CampGatineau. Tout au long de la montée et de la descente, nous recevons également des conseils judicieux sur la survie en forêt et sur la façon d'allumer un feu d'urgence.

Nous revenons au camps juste à temps pour le dîner (Miam! Miam! les bons restants de la veille). Une heure plus tard, les parents arrivent pour chercher leurs rejetons. C'est drôle, ils ont l'air pas mal plus reposés que leurs jeunes.

Comments